Chiang Dao, veni, vidi, et suites

Les randonnées, c’est excitant, c’est tellement magnifique et plaisant …


Le massif de Chiang Dao

On s’arrête à Chiang Dao, spécifiquement pour monter sur ce que j’appelle le Rocher : un massif montagneux qui s’élève solitairement au-dessus des plaines. Pour atteindre son point culminant, à environ 2 200 mètres d’altitude, puis redescendre le massif, il faut marcher une journée entière : 9 heures pour les Tilos, 12 heures pour les Kickas… Il est plutôt conseillé d’y passer la nuit, accompagné d’un guide, car il est dit que l’ascension jusqu’au sommet est longue et ardue.

On arrive donc dans la petite ville de Chiang Dao – sans rien avoir réservé à l’avance, comme d’habitude pour ce road trip. Les guesthouses sont presque vides en cette saison et on choisit une de celles qui campent au pied de la montagne. On est vraiment motivé pour la randonnée – Kicka plus que Tilo car elle a des choses à prouver. Tilo veut juste faire son sport hebdomadaire.

A Chiang Dao, il y a peu d’autres choses à faire. On s’installe donc dans notre chambre, on part manger, on se relaxe aux sources chaudes, on monte jusqu’au temple perché au milieu de la jungle du massif et on revient en fin de journée tout excités de prendre des renseignements sur LA randonnée qui nous attend le lendemain.

A l’accueil, on regarde le plan de la réserve naturelle que les propriétaires ont affiché. On veut réaliser l’excursion sans guide, en une seule et même journée, parce qu’on est de jeunes ambitieux, sans peur et sans reproche, convaincus de notre invincibilité, tels des Jules César « millenials » : veni vidi vici photographi est notre devise. Bref, on aime la gloire …

Les adorables propriétaires du guesthouse nous rejoignent devant la carte et s’enquièrent de notre programme. Confiants de notre projet, on dévoile tout avec le plus grand enthousiasme. En retour, Kurt nous annonce avec son plus grand sourire : impossible de faire le trek jusqu’au sommet.

Poin, poin, poin, pooooiiin…

Il se trouve que la saison sèche a commencé trop fort cette année et les gardes forestiers ont fermé le sentier pour cause d’incendie. Tilo est déçu, il devra aller faire son jogging sur le macadam. Kicka est déçue, elle ne pourra pas se vanter d’avoir grimpé à la force de ses jambes atones et de ses abdos indolents, en chantant les plaintes de son âme, que Tilo se serait efforcé de taire en prenant 1km d’avance (facile).

Devant nos airs dépités, c’est-à-dire impassible pour Tilo et soulagé pour Kicka, les adorables propriétaires nous pointent un trait blanc sur la carte : c’est le tracé pour une randonnée non tracée, qui nous mènera jusqu’aux « flags » (3 drapeaux plantés à 1 900 mètres d’altitude sur le Rocher). C’est décidé, on montera jusqu’à ces flags ! Les propriétaires nous conseillent d’y aller de bonne heure le lendemain. L’aller-retour devrait prendre 4 heures.

Le lendemain, on se lève donc de très bonne heure, ou plutôt Tilo se réveille à 7h et Kicka réussit à se lever à 9h car le petit déjeuner est servi jusqu’à 10h. Enfin, on commence l’ascension de très bonne heure à 10h, quand la chaleur commence à nous assommer. Heureusement, le chemin très escarpé se fait essentiellement dans un bois. Pas vraiment de panorama donc, seulement de la pente, des branches, des feuilles, de la terre et des rochers.

C’est bôôô

Beaucoup de pente, de branches, de feuilles, de terre et de rochers.

Oo-kaay…

Oh my God, trop de pente, de branches, de feuilles, de terre et de rochers.

Help

Au bout d’une heure, on vérifie sur l’application mobile que nous a conseillée les propriétaires si nous en sommes bien à la moitié du parcours comme prévu. Presque : un sixième du chemin. On y est, on y est…

Kicka est au bout de sa vie.

Des fois, Tilo disparaît derrière les feuillages et Kicka essaie d’aller plus vite pour le rattraper, mais il a dû voler car comment a-t-il pu faire pour escalader ce fichu tas de roches !

Quarante-cinq soupirs plus tard, on s’assied sur un rocher. On débat sur notre avenir : to climb or not to climb. This is the next million-dollar question*. Kicka est déterminée : on continue. Evidemment Tilo le souhaiterait aussi, il en est seulement à son échauffement. Mais au fond, tout le monde sait que Kicka n’a qu’une seule envie : qu’un hélicoptère vienne la chercher et la dépose non pas près du guesthouse, mais dans le guesthouse. A la porte de sa chambre.

Screenshot_2019-03-24-01-55-12-62-01.jpeg

On repart. L’ascension dure dix minutes supplémentaires. Kicka se demande comment elle va bien pouvoir redescendre : c’est bien trop  raide ! Tilo poursuit son échauffement.

Après avoir dépassé le troisième groupe de rochers que Tilo a survolés et que Kicka a littéralement escaladés, Tilo, l’éternel compatissant, émet une suggestion irréversible : « Chérie, on redescend ? ». Si Kicka n’appréhendait pas tant la descente, elle aurait couru l’embrasser puis galopé jusqu’au pied de cette montagne maudite. Elle rebrousse chemin visiblement chagrinée mais secrètement réjouie de cette issue. Et puis, à défaut de s’enorgueillir d’être allée jusqu’au bout, Kicka est fière de ne pas avoir pris la décision d’abandonner. La dignité, c’est important. Merci Tilo !

Vous comprendrez qu’il n’y a pas beaucoup de photos, on était trop occupé à essayer de survivre…

C’était cool sinon comme expérience. Et à part ça, on voulait faire LA randonnée jusqu’au sommet de la montagne… Mais oui….

Post Scriptum : Tilo a sauvé son honneur : le lendemain matin de bonne heure (pour de vrai !), il est parti faire la grimpe. Il est revenu 3h30 plus tard, juste à temps pour le petit déjeuner. Congratz ! La suite des aventures pour les membres VIP >> clic

Tout ça pour ça

Quand y suis-je allée – Mars 2019
Où ai-je dormi – Malee’s Nature Lovers (👍) nb : Malee adore les orchidées ; parlez-lui de fleurs et de plantes, et sa maison est à vous.
Quel outil utiliser pour ne pas se perdre maps.me. C’est Kurt qui a contribué au tracé que l’on a suivi sur cette application. Il n’y a pas de sentier donc l’outil est très utile.

_____
*to climb or not to climb. The next million-dollar question = grimper ou ne pas grimper. C’est la question à un million de dollars.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :